Le budget des Sports pour 2017 s’inscrit sensiblement dans la continuité des précédents budgets autour de trois axes principaux :
les grands événements sportifs internationaux (Gesi),
le sport de haut niveau et
les territoires déficients en équipements sportifs.

Le budget dédié aux politiques d’Etat en faveur du sport atteint près de 520 millions d’euros dans la loi de finances de 2017 contre 497 millions en 2016. Ce montant comprend les crédits budgétaires du ministère ainsi que ceux du Centre national pour le développement du sport (CNDS), son principal opérateur en faveur du soutien aux actions territoriales en matière de sport pour tous.

L’engagement sur le terrain du sport de haut niveau perdure via différentes mesures.
A ce titre, les fédérations sportives disposeront d’une enveloppe presque stable : 78,7 millions d’euros contre 81,4 en 2016, fonds de concours du CNDS inclus.
L’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance) bénéficie d’une enveloppe quasiment stable avec 38,9 millions d’euros, après une baisse de 8% entre 2015 et 2016.
A noter également l’augmentation de 9% des crédits alloués à l’Agence française contre le dopage (AFLD) qui atteignent 8,5 millions d’euros.

Plus d’équipements et d’infrastructures en faveur du sport pour tous
L’autre volet des ressources budgétaires de l’Etat concerne les crédits du CNDS qui mettent notamment l’accent sur les infrastructures. Les crédits du centre s’élèvent à 261 millions d’euros en 2017, contre 264 millions en 2016 et 270 millions en 2015.
Le CNDS donne cette année la priorité aux territoires ruraux, à l’outre-mer et à la Corse qui manquent d’équipements sportifs.
Pour l’outre-mer, une première tranche de 10 millions est engagée en 2017 pour la mise en œuvre d’un plan pluriannuel qualifié d’ambitieux. Le ministère de l’Outre-mer mobilise pour sa part une enveloppe équivalente. Avec 20 millions d’euros disponibles pour l’année 2017, les équipements sportifs d’outre-mer voient leurs crédits multipliés par 4. Il s’agit d’une part de favoriser et de développer les équipements de proximité, et, d’autre part de déployer des équipements structurants visant à l’accueil de manifestations nationales et internationales pour le sport de haut niveau
Concernant la Corse, territoire pauvre en infrastructures sportives, les collectivités viendront abonder l’enveloppe.

Le CNDS attribue une enveloppe de 133 millions d’euros (contre 132,5 millions en 2016) dédiée aux subventions aux associations sportives locales. Ces crédits ont entre autres pour but de soutenir la professionnalisation et le développement de l’emploi sportif qualifié (ESQ). L’objectif est de 5.070 ESQ en 2017 contre 4.670 en 2016.

Mobilisation autour de la candidature de Paris aux JO de 2024
Autre poste important : les grands événements internationaux. La candidature de Paris à l’organisation des Jeux olympiques 2024 bénéficie finalement cette année de 20 nouveaux millions d’euros, après une première aide de 10 millions d’euros en 2016 en faveur du comité de candidature. Cette enveloppe est notamment attribuée au titre de l’héritage sportif et territorial des Jeux olympiques de Paris 2024 ("Plan Héritage 2024"), quelle que soit la décision du CIO en septembre 2017. La mobilisation populaire et la construction d’un projet partagé sont en effet deux éléments incontournables à la réussite de Paris 2024. L’héritage des Jeux olympiques et paralympiques doit concerner l’ensemble du territoire et toutes les catégories de population, indépendamment du déroulement des épreuves sportives. Cette aide participera aussi au soutien à "la génération 2024" avec les fédérations. Le but étant de favoriser la détection de jeunes talents et de les accompagner dans leur projet de vie. Du côté des grands événements sportifs internationaux (Gesi), des engagements sont aussi actés en faveur des championnats du monde de handball, de hockey sur glace, de lutte et des Jeux de la Francophonie 2017 en Côte d’Ivoire.
Enfin, le CNDS continue de déployer le plan Citoyens du sport (budget de 12,1 millions d’euros en 2016 ; 9,2 millions en 2017) qui met en œuvre des actions de formation, d’emploi et d’apprentissage de la natation dans le cadre de l’initiative "J’apprends à nager", en place depuis 2008 sous le nom de "Savoir nager".
 

En savoir plus
CNDS

Examen Projet de Loi Finances 2017