La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), c’est quoi ?

C’est l’évaluation de la prise en compte et de l’intégration par les entreprises des préoccupations économiques, sociales et environnementales dans leurs stratégies, leurs activités opérationnelles et dans leurs interactions avec les parties prenantes : salariés, collectivités locales, fournisseurs, prestataires...
La RSE est un des moyens pour atteindre l’objectif défini lors du Conseil européen de Lisbonne de mars 2000 consistant à permettre à l’Union Européenne de "devenir l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale".

NOTE DE LA REDACTION
Europe 2020 est la stratégie de croissance que l’Union européenne a adopté pour les10 années à venir afin de devenir une économie intelligente, durable et inclusive. Ces 3 priorités doivent aider l’Union et ses États membres à assurer des niveaux élevés d’emploi, de productivité et de cohésion sociale dans un monde en mutation.

 

L’Union européenne insiste, dans une communication de 2014, sur plusieurs orientations et axes de développement en matière de RSE : le respect des droits de l’homme dans les entreprises,
la mise en œuvre de marchés publics socialement responsables,
une communication accrue des activités menées en matière de RSE.
La stratégie Europe 2020 va dans ce sens, en particulier les compétences nouvelles et l’emploi, la jeunesse et le développement local.

La Commission européenne encourage également les entreprises à adopter des pratiques justes en matière d’emploi, qui respectent les droits de l’homme, notamment lorsque leurs produits ne proviennent pas de l’Union européenne. En 2013-2014, la Commission a lancé un mécanisme d’examen par les pairs des activités nationales en matière de RSE qui a notamment donné lieu en 2014 à la publication d’un recueil des politiques des Etats membres de l’Union européenne.

La position française

Selon le ministère français de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, c’est "la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable". La conception dominante en France lie les enjeux et le contenu de la RSE avec la notion de développement durable, déclinée au niveau des entreprises.

La RSE est donc appréhendée sur la base de la mise en œuvre dans l’entreprise des concepts de développement durable, qui intègrent les trois piliers environnementaux, sociaux, et économiques.

Une plateforme dédiée à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) a été déployée par le gouvernement en juin 2013. Son objectif : permettre aux acteurs concernés de débattre des enjeux de la RSE et les faire participer à des groupes de travail thématiques. L’idée étant de détecter les interrogations des unes et des autres, d’échanger, de détecter les bonnes pratiques et, le cas échéant, les mutualiser. L’ancrage "développement durable" de cette plateforme est clairement affiché puisqu’elle est rattachée au Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP) et s’appuie sur les équipes du Commissariat général au développement durable (CGDD) du ministère du Développement durable.

Au cœur de la RSE : une meilleure gouvernance

Une entreprise est considérée comme socialement responsable lorsqu’elle se donne, dans le cadre de ses activités quotidiennes, des objectifs sociaux et environnementaux plus ambitieux que ceux prévus par la loi en s’engageant sur le terrain de la RSE. Le spectre des questions traitées par la RSE est large. Elle peut concerner la qualité globale des filières d’approvisionnement et de sous-traitance, le bien-être des salariés, leur santé, l’empreinte écologique de l’entreprise…cette énumération n’est bien entendu pas exhaustive !
L’approche RSE peut permettre de mettre en œuvre, entre autres, de nouvelles régulations et une meilleure gouvernance d’entreprise, que l’entreprise soit grande, moyenne ou petite. Son avantage consisterait en l’instauration d’une meilleure mise en contexte des activités économiques des entreprises, d’une meilleure structuration des relations avec les parties prenantes, et donc d’une meilleure gouvernance d’entreprise.

Chaque entreprise adapte cette démarche à son rythme, à son activité, à sa stratégie et à sa culture.

Certains éléments ont une valeur de référence particulière en matière de RSE : citons la norme ISO 26000, adoptée en 2010 et qui met l’accent sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance ou encore la position de l’Union européenne.
Certains organismes certificateurs mettent en œuvre des outils de sensibilisation en faveur de la RSE.
Par exemple, Qualisport crée actuellement un
"Passeport vers une 1ère démarche de sensibilisation vers la RSE".


A DECOUVRIR

Recueil d’initiatives du Sport français pour le climat.
par le Ministère de la Ville, Jeunesse et Sports et WWF.

"Le partage de connaissances et les échanges de bonnes pratiques tant aun niveau national qu’international constituent des leviers d’actions de notre stratégie nationale de transition écologique vers une développement durable du sport." Thierry Braillard, Secrétaire d’état aux Sports.

Liens utiles
La Responsabilité Sociale des Entreprises dans l’Union Européenne.
Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie