Emmanuel Coste est à la tête de l’Agence Coste Architectures, spécialisée dans les équipements aquatiques. Ancrage environnemental, BIM, réalisations marquantes…plongeon dans les activités d’une structure qui bouillonne !

Sport&Loisirs Actu - Comment votre cabinet en est-il arrivé à intervenir en grande partie sur des équipements aquatiques ?

Emmanuel Coste - C’est avant tout une question d’opportunités qui se sont transformées en véritable intérêt et en expertise. Nous avons des références à notre actif dans le domaine des équipements aquatiques. D’autres grands projets sont en cours et nous poursuivons nos efforts pour remporter des opérations. L’agence Coste Architectures a été créée dans les années 80, ayant pris le relai en 1990, j’ai renforcé notre positionnement sur le terrain des piscines et grands centres aquatiques et donné un caractère international à nos activités. Aujourd’hui nous sommes présents en Algérie, en Chine.
Ce qui suscite un intérêt croissant pour des équipements aquatiques, devenus pluridisciplinaires, c’est la rencontre entre le loisir et la technique. Le mariage entre l’architecture et l’ingénierie m’anime particulièrement, notre finalité étant de réaliser des équipements esthétiques, attractifs et performants techniquement et énergétiquement.

Sport&Loisirs Actu - On assiste à un engouement pour les activités aquatiques de la part du public mais aussi des pouvoirs publics. Comment l’expliquez-vous ?

Emmanuel Coste - Les activités aquatiques constituent une réponse sociale à la demande de loisirs, de bien-être et de santé. On trouve d’ailleurs à l’heure actuelle de plus en plus d’espaces de balnéothérapie dans les centres aquatiques. Un équipement aquatique est bien souvent un engagement politique et économique du mandat d’un maire. Ces réalisations, enjeu architectural, impactent le budget d’investissement et de fonctionnement de la collectivité, mais, en tant qu’architecte, nous sommes là pour apporter les meilleures solutions.

Sport&Loisirs Actu - La faible empreinte écologique de vos réalisations est votre cheval de bataille. Comment travaillez-vous sur ces questions ?

Emmanuel Coste - Il est vrai que nous avons une forte sensibilité environnementale. Même notre siège à Houdan est un bâtiment performant à énergie positive. Il ne faut pas oublier qu’une piscine est à la base énergivore. Nos réalisations sont moitié moins énergivores que la plupart des équipements aquatiques existants. Cette préoccupation environnementale nécessite de s’interroger sur un certain nombre de points en amont du projet. Comment exposer le bâtiment et le protéger, par exemple, des vents dominants ? Comment parvenir à une isolation maximale ? Comment récupérer au mieux les énergies et les calories des systèmes techniques ? Les solutions intelligentes et durables doivent être pensées et mises en œuvre dès le départ.

Sport&Loisirs Actu - Les collectivités sont-elles réellement sensibilisées aux questions environnementales ?

Emmanuel Coste - Il y a une prise de conscience globale des collectivités, c’est indéniable. Mais des écarts liés aux personnalités des élus en place subsistent encore. Si certains veulent en effet mettre en avant l’esthétique du bâtiment dans une vision à court terme, nous réussissons toutefois à prouver les retours sur investissement d’une réalisation respectueuse de l’environnement et à intégrer cette dimension dans le projet. De toute façon, les obligations réglementaires en matière d’environnement permettent d’éviter le "0 écologie". Je tiens cependant à insister sur le fait que la prise de conscience est là dans la plupart des cas.
Je voudrais citer le projet architectural du Parc aquatique du Haut-Montreuil confié à notre agence et qui ouvrira ses portes courant 2016. C’est un exemple en matière environnementale avec son ossature bois, le choix du "0 chlore" pour le bassin extérieur, le traitement naturel et non chimique de l’eau grâce à l’action des plantes et des micro-organismes grâce à un traitement biologique, le recours à 80 % d’énergies renouvelables.

Sport&Loisirs Actu - Vous avez intégré très tôt le BIM. Quels sont ses atouts sur des projets de grande envergure comme des équipements aquatiques intégrant des paramètres complexes d’ordre technique, économique et écologique ?

Emmanuel Coste - Ce qui s’est imposé, depuis ma formation d’architecte, c’est la modélisation intelligente 3D. Le BIM a encore fait évoluer notre métier en créant un langage commun d’échanges sur les maquettes numériques. Il permet d’éviter bon nombre d’erreurs, de partager l’information avec les différentes équipes techniques et les ingénieurs intervenant sur le projet ainsi qu’avec les équipes travaillant sur le chantier. Le travail collaboratif généré par le BIM offre un gain de temps et d’efficacité. Le déploiement du BIM est lent en France. On évalue à 30 % les architectes qui ont recours à la 3D et à 10 % ceux qui utilisent le BIM. Mais l’évolution est en marche.

Sport&Loisirs Actu - Pouvez-vous nous faire part de quelques réalisations récentes et nous en donner les spécificités ?

Emmanuel Coste -
Le nouveau Parc aquatique du Haut-Montreuil, livré dans l’année, est emblématique.
Nous avons remporté cette réalisation grâce à notre engagement historique sur le terrain de l’écologie mais aussi par notre maîtrise du BIM, indispensable sur un projet d’une telle complexité.

 




Je veux évoquer aussi le Centre aquatique de Saint-Nazaire, le premier équipement aquatique réalisé en BIM. On écrit un peu l’histoire avec cette réalisation en cours. Tous les intervenants se sont mis au BIM sur ce projet, du maître d’ouvrage aux bureaux d’étude, c’est une première. Légèreté, transparence, luminosité sont les maîtres mots de cette conception. Grâce à sa surélévation et ses grandes baies vitrées le long de la halle des bassins, ce centre aquatique polyvalent et "multi-publics" offrira une superbe vue sur le parc paysager tout en étant baigné de lumière.

 


Le Centre aquasportif de Val d’Isère, livré il y a 5 ans est révélateur d’une évolution forte vers des espaces privilégiant le bien-être, un confort optimal et une diversité d’activités sportives et de loisirs.

 

 


 

 

Dans le cadre de la rénovation de la piscine de Saint-Priest, à proximité de Lyon, nous avons mis en place un suivi énergétique qui a réduit de moitié les consommations. 

 

 

Je souhaiterais citer également la piscine des Gayeulles à Rennes, sa toiture végétalisée, sa dimension ludique et ses "sensations fortes" avec un bassin à vagues et une fosse de plongée de 10 mètres.

 

Enfin, nous venons de remporter la réhabilitation de la piscine Yves Blanc à Aix-en Provence, première piscine ayant été réalisée en CREM lors de sa création (Conception Réalisation Exploitation Maintenance). Sur ce projet d’envergure, le niveau de performance technique et énergétique demandé est très poussé. Un nouveau challenge !
 


 


En savoir plus
Agence Coste Architectures