La Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) est une stratégie incontournable dans le contexte de transformation auquel les entreprises sont confrontées.

Mais en réalité, la démarche RSE, c’est quoi ? Comment la mettre en œuvre concrètement ?

"Intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et à leurs relations avec les parties prenantes" pour la commission européenne, "contribution des entreprises aux principes de développement durable" suivant la norme internationale ISO 26000…

Pour synthétiser, la RSE constitue un engagement volontaire de l’entreprise pour contribuer à améliorer la société et à protéger l’environnement en liaison avec les parties prenantes. Au-delà de la multiplicité des définitions, le noyau commun à la RSE est bel et bien le concept de développement durable caractérisé par :

l’efficacité économique,
l’équité sociale
et la qualité environnementale.

Un constat s’impose depuis plusieurs années : la RSE s’introduit dans la commande publique et privée avec une prise en compte des préoccupations sociales, économiques, environnementales (qualité des produits ou prestations, démarches environnementales...). Les clauses RSE de la commande publique sont d’ailleurs vouées à se renforcer.
L’ère de l’entreprise responsable a donc sonné et cela ne concerne pas seulement les grandes entreprises contrairement à une idée reçue qui a parfois la dent dure. Une entreprise de petite taille peut également agir. Elle le doit même, si elle veut rester dans la course !

Les TPE/PME sont plus que jamais concernées !

En effet, la RSE constitue un cadre de comportement pour tous types d’entreprises visant à la maîtrise des coûts, des délais - et donc à une qualité accrue -, à la consolidation de la valeur de l’entreprise, à une meilleure gestion du capital humain, à la réduction de l’impact sur l’environnement, au renforcement de l’ancrage territorial, à l’instauration d’un dialogue avec les parties prenantes.
Bref, il s’agit d’une réponse à la demande d’évolution sociale mais aussi d’une stratégie gagnante.
En effet, dans le 3e baromètre Generali/CSA de 2013 (réalisé tous les deux ans), les entreprises déjà engagées sur la voie de la RSE considèrent que la mise en œuvre d’actions de RSE favorise la compétitivité.
Sous cet angle, la RSE n’est pas une dépense supplémentaire mais un investissement et, qui dit investissement dit retours sur investissement !
Elle est d’ailleurs reconnue, à l’échelle européenne, comme un levier prioritaire de croissance pour les TPE/PME.
De plus en plus d’entreprises sont convaincues par les atouts de la démarche RSE et mènent déjà un éventail
d’actions et d’initiatives relevant du champ de la RSE sans s’être lancées dans une pratique RSE.. Elles ont toutefois l’impression que s’engager et formaliser une démarche RSE est compliqué !

Des initiatives d’accompagement


Des initiatives d’accompagnement voient le jour comme la création du PASS "sensibilisation à la RSE" de Qualisport qui s’articule autour de quatre composantes ou thématiques de l’ISO 26000 : gouvernance, économie ; environnement ; social ;
Ce dispositif de sensibilisation à la RSE a pour objectif de matérialiser la stratégie RSE de l’entreprise selon sa taille, ses moyens et son domaine d’activité.
Ce passeport est un accompagnement progressif qui permet de mobiliser l’entreprise autour de la RSE étape par étape, "sans tout chambouler, en valorisant les bonnes pratiques déjà en place et en commençant par des actions simples et peu coûteuses" explique Geneviève Barbaste.

Source
La Responsabilité Sociétale de l’Entreprise & Qualisport